01 mai 2006

Virus

Virus.
hypocrisy_virus1

Hypocrisy est l'un de ces rares groupes possédant à la fois un caractère propre, un son bien spécial et une intégrité à toute épreuve. Sous l'égide du Maître Peter Tätgren, surnommé le père Tätgren (il possède son studio d'enregistrement et produit de nombreux groupes, tout en étant leader d'Hypocrisy et membre de Bloodbath), c'est après l'excellente galette "The Arrival" et ses petits aliens cyan aux yeux agrandis que le groupe nous donne droit à l'un des chef d'oeuvre de la discographie du groupe: "Virus". Bien que l'opus soit sorti en 2005, je n'ai pu me le procurer que récemment. Peut-être aurais-je du économiser plus avant pour l'acquérir dans les semaines après son arrivée, mais tant pis, je l'ai dorénavant. C'est "mon préciiiiieux" comme dirait un certain Gollum.
Le travail des 4 membres est considérable avec: Peter Tätgren[le déjanté aux cernes] (chants/guitare)
Mikael Hedlund[le jeune sans barbe] (basse)
Andreas Holma[n'est pas sur les photos] (guitare)
Horgh[l'enveloppé viking] (drums)

hypocrisy02hypocrisy

Composé de 12 titres bien ancrés dans la veine habituelle mais non moins originale et géniale du groupe, "Virus" a d'ores et déjà fait sa place dans l'univers musical.
La tracklist étant comme suit:
1/XVI (nom donné car c'est effectivement là le 16eme opus du groupe?)
2/War-Path
3/Scrutinized
4/Fearless
5/Craving For Another Killing
6/Let The Knife Do The Talking
7/A Thousand Lies
8/Incised Before I've Ceased
9/Blooddrenched
10/Compulsive Psychosis
11/Living To Die

Honorant à la perfection ce que l'on attend à chaque fois du bien-nommé Tätgren, les guitares incisent avec une précision délicieuse des mélodies acharnées, presque malsaines, tandis que la batterie s'occupe savamment de donner un rythme infernal sous les coups graves et percutants d'une basse superbement utilisée.
Il n'est bien sûr pas la peine de rendre hommage à ce qui fait l'une des forces d'Hypocrisy, et ce quelque soit l'album: la voix de Peter Tätgren. Ce type est capable de faire dans tout les registres vocaux que requiert l'univers du groupe, tantôt guttural et rauque, tantôt criard, comme une voix d'outre-tombe nous rappellant un certain Dead (les amateurs connaissent, RIP).

La diversité de l'album est un bonus considérable. Que dire du refrain de "Let the knife do the talking", de l'énergie démoniaque de "Blooddrenched", du dérangeant contraste musique/paroles sur "Incised before I've ceased", de l'ajout de voix claires sur "Living to die"...

Sur 16 albums, sur 12 titres (un titre bonus visiblement!!), l'on peut aisément croire que la banalité frappe la groupe, mais Hypocrisy a toujours réussi avec brio à investir les tympans des auditeurs pour leur introduire avec une maciavélique intelligence le foetus de la hargne. Si "The fourth dimension" était tourné vers une sorte de dépression auditive, "Virus" donne au contraire une sorte de volonté de révolutionner le monde, une rage bien présente qui fait parfois penser à un énorme opus de Death Metal. Est-ce une coïncidence que la couverture représente l'évolution d'un monstre qui finit par "manger" le soleil? J'en doute...

L'une des plus grosses joies dans l'acquisition de cette galette fut et est la simple mention "limited edition version including binus dvd contains 12 livetracks recorded in 2004". Comme il ne faut pas faire de jaloux, je rassure tout le monde, je n'ai pas encore pu les visionner... Mais ca viendra, ca viendra et ce jour là...

Posté par Shadou à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Virus

Nouveau commentaire